Objectif emploi : trouver pendant la pandémie

©huntersrace sur Unsplash Vous cherchiez un emploi avant le confinement et ne savez pas s’il faut continuer pendant ? Continuez ! Nous vous expliquons pourquoi vous devriez malgré tout continuer et vous présentons la stratégie de certains.

©huntersrace sur Unsplash Vous cherchiez un emploi avant le confinement et ne savez pas s’il faut continuer pendant ? Continuez ! Nous vous expliquons pourquoi vous devriez malgré tout continuer et vous présentons la stratégie de certains.

Le confinement est un grand facteur de croissance économique pour certains secteurs tels que l’e-commerce, la santé, le GMS ou encore la logistique. Il faut donc continuer votre recherche d’emploi pendant cette période car les entreprises auxquelles vous postulez sont peut-être, elles aussi, en hypertension et recherchent de nouveaux collaborateurs !

Nous vous livrons quelques conseils pour mieux postuler et optimiser votre employabilité, lisez l’article ici.


Postuler ou être contacté

Etudiant en troisième année de production documentaire à l’EICAR, Antoine Vergez a recherché une alternance pendant le confinement et s’y est mis début avril. Surmotivé, il s’est inscrit aux alertes de nombreuses plateformes d’emploi (LinkedInIndeedMonster...) et postulait quotidiennement aux quelques offres disponibles. Il n’a été reçu à son premier entretien qu’au mois de juin. Ne trouvant pas chaussure à son pied, Antoine s’est donc tourné vers les autres élèves de son école pour trouver un poste au sein de l’équipe de vidéastes de MediaSchool. « C’était la seule offre qui me plaisait, aussi bien dans la forme que dans le fond ». De son côté, Clément Baudier est à la recherche d’un emploi depuis septembre pour démarrer sa vie professionnelle. Fraîchement diplômé de Kedge Business School et comptant deux expériences en tant qu’acheteur, il souhaiterait effectuer des missions de consulting pour le service informatique d’entreprises dans le secteur de la banque-finance. Pour sa recherche, il compte surtout sur le bouche-à-oreille et a déposé son CV sur Indeed « pour être contacté par les recruteurs ». Grâce à ces démarches, il a déjà passé plusieurs entretiens et attend des réponses. Pour s’assurer un emploi, il s’investit dans deux projets professionnels : il souhaite, soit, être acheteur de solutions informatiques, ce dans quoi il a de réelles compétences et de l’expérience, soit, faire de l’audit pour KPMG, « un réel tremplin pour l'avenir ».

©magnetme sur Unsplash

Un recrutement plus rapide

En raison du distanciel imposé par la pandémie, les étapes du processus de recrutement peuvent être différentes selon les structures. France 3 a fait le choix de proposer à ses candidats des entretiens différés avec des questions-réponses pré-enregistrées, donnant suite à un échange par mail. Pour le cas des entreprises qui continuent à proposer des entretiens visio en direct, le processus est plus rapide car « le distanciel facilite la prise de rendez-vous avec le candidat », justifie Pierre Monclos de Unow, un organisme de formation professionnelle. En effet, « nous sommes plus à même de passer un entretien sur notre pause déjeuner par exemple alors que quand on travaille sur place, on doit quitter plus tôt », explique Clément Baudier. Comme quoi, même s’il est souvent source de manque de lien social, le distanciel a du bon dans le processus de recrutement. Pour autant, la phase d’entretien n’est pas différente. Les codes à respecter sont toujours les mêmes bien que ce ne soit pas le cas pour la forme de l'entretien (puisque vous serez en visio). Donc continuez à vous y préparer, bien que personne ne pourra vous empêcher d’avoir des notes, à respecter le code vestimentaire, la ponctualité et à envoyer un mail de remerciements à la fin. En revanche, pour votre candidature, n’hésitez pas à envoyer un message adapté à la situation montrant qu’au vu de la situation exceptionnelle, vous n’êtes pas certain que l’offre soit toujours valable.


Un premier jour pas comme les autres

Pour son premier jour chez MediaSchool, Antoine Vergez s’est rendu sur place alors que le deuxième confinement avait commencé trois jours plus tôt. « Les bureaux étaient vides, se rappelle-t-il. Tout le monde était en télétravail. J’ai ainsi rencontré ma manageuse et une autre personne de mon équipe mais pour ce qui est des autres personnes du service communication, je ne les ai vues qu’en visio pour l’instant. » « C’est un peu étrange de débuter dans ce contexte ». Chez StaffMe (plateforme de missions ponctuelles pour les jeunes), Floriane de Malestroit (Head of communication) informe que « selon les missions, les “staffers” (nom donné aux personnes inscrites sur la plateforme, NDLR) débutent en télétravail ou en présentiel mais, dans tous les cas, leurs clients font le nécessaire pour les former et leurs donner tous les outils afin de mener à bien leur prestation ».

Le télétravail vide les bureaux pendant le confinement.©theranaman sur Unsplash

Conseils de RH

Depuis la pandémie, tous les professionnels des ressources humaines s’accordent sur les compétences clés recherchées par les employeurs. Ils insistent sur le savoir communiquer et l’adaptabilité. Il n’est pas facile pour un manager de savoir comment vous vous sentez et ce sur quoi vous avancez en étant à distance donc le salarié doit être capable de l’expliciter de lui-même en se faisant bien comprendre. Il est aussi nécessaire d’être autonome et de savoir utiliser les outils du télétravail. D’ailleurs travailler de chez s oi demande une capacité à se concentrer dans un environnement moins propice que le bureau et une capacité à s’auto-motiver et à gérer ses priorités. De plus, suite aux confinements, l’organisme de formation professionnelle, Unow, a développé des cursus pour développer son intelligence émotionnelle, sa capacité à gérer des projets, sa capacité à résoudre des problèmes complexes et sa capacité à argumenter et à convaincre. De son côté, Daina Aleksandravičienė (employée branding manager chez Vinted) insiste sur le fait que « le travail flexible (mélange entre le télétravail et le travail au bureau, NDRL) doit être l’une des principales priorités lors du choix de son prochain employeur. » Chez Superprof, une marketplace qui met en relation des élèves et des professeurs dans plus de 1 000 domaines, Alexandra Pelerin, office manager, conseille à ceux qui cherchent un emploi d’utiliser leur temps en plus permis par ces confinements pour optimiser son employabilité en se formant à de nouvelles compétences ou en développant sa présence numérique par exemple. Et Pierre Monclos, DRH chez Unow, conseille de choisir son centre de formation sur sa capacité à former à distance. Vous pouvez lire ici notre article détaillé sur le sujet.

 

Contact

Nous écrire